Comment on privatise la Sologne

De Bouygues à Dassault en passant par Christophe Dechavanne ou les Seydoux, de grands propriétaires contrôlent des centaines de milliers d’hectares et entravent des projets économiques susceptibles de créer des emplois.

Claude-Marie Vadrot  • 18 mars 2010 abonné·es
Comment on privatise la Sologne
© PHOTO: AFP/ROSENCWAJG

Doucement mais sûrement, le territoire de la Sologne se ­couvre d’écriteaux « Propriété interdite » , « Chemin privé », « Attention vipères » (sic) ou « Attention pièges » , de clôtures, de fils de fer barbelés, tandis que se ­ferment la plupart des chemins vicinaux ou communaux et des sentiers de randonnées. Achetés aux communes sous pression ou simplement confisqués sans que les maires osent intervenir. Le phénomène n’est pas nouveau mais s’accélère, séparant de plus en plus « propriétaires » et manants. Dès l’automne, les sous-bois retentissent du fracas de la chasse tandis que quelques faisans d’élevage rescapés des massacres se réfugient

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 7 minutes