La fuite des PCB

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Robin des bois a mis à jour son atlas des sites pollués aux PCB, molécules chimiques très persistantes qui contaminent la chaîne alimentaire pendant des décennies. L’association recense désormais 404 sites pollués contre 361 en 2008, et dénonce les « petits sites » négligés par les autorités. Notamment le démantèlement d’équipements (transformateurs, radiateurs à huile, etc.) par les ferrailleurs, métallurgistes, recycleurs d’huile, source de fuite de PCB. Robin des bois a aussi déposé plusieurs plaintes pour la contamination des eaux douces et salées. Dernièrement, la pêche à la sardine a été interdite entre Dieppe et Barfleur, une première pour une espèce de pleine mer. Un an après les premières alarmes en baie de Seine 1, aucune nouvelle du côté des pouvoirs publics.


  1. voir Politis 1043 


Haut de page

Voir aussi

Emparons-nous du local et refondons la démocratie

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents