La plénitude des vides

Deuxième roman d’Akram Musallam, « L’histoire
du scorpion qui ruisselait de sueur » est une divagation sur les douleurs causées par les membres et les lieux fantômes.

Ingrid Merckx  • 11 mars 2010 abonné·es
C’est une figure récurrente : un espace vide entre deux lignes. Une obsession. Créatrice et psychologique. Une métaphore à plusieurs niveaux : celle du roman, celle de l’auteur-narrateur, et celle de son pays, la Palestine. Au début du roman, cette vision d’un scorpion tatoué sur le
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes