Le temps des beaufs

De l’un de ses ministres (rappeler son nom aujourd’hui n’aurait plus guère de sens), François Mitterrand disait qu’il était « suffisant autant qu’insuffisant ». C’est une assez bonne définition du « beauf ». Peut-être même la suffisance est-elle le trait vraiment distinctif de cet archétype social inventé par Cabu, il y a déjà bien longtemps. Ce qui fait le beauf, ce n’est pas tant l’inculture ou l’ignorance – tout cela est si relatif –qu’une certaine jouissance à se montrer inculte ou ignorant. Une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents