Petits pas pour le bisphénol

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a récemment admis l’existence de « signaux d’alerte » au sein des études sur le bisphénol A (BPA), molécule présente dans certains plastiques alimentaires (comme les biberons), et soupçonnée d’induire de graves intoxications. La semaine dernière, la commission des affaires sociales du Sénat demandait des mesures de précaution, reconnaissant ainsi l’existence du risque, se félicite le Réseau environnement-santé. La commission étudiait la proposition de loi du groupe sénatorial RDSE (divers gauche) visant à l’interdiction du BPA, qui sera examinée en séance le 24 mars.


Haut de page

Voir aussi

Emparons-nous du local et refondons la démocratie

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents