Pourquoi l’industrie fout le camp

Alors que Nicolas Sarkozy doit présenter des mesures de sauvetage des entreprises frappées
par les restructurations et les délocalisations, trois économistes analysent la désindustrialisation de la France.

Les entreprises Total, Renault, Trèves, Siemens, Continental, etc. sont aujourd’hui touchées par une vague de restructurations. Hier, c’étaient Michelin, Renault-Vilvorde, Philips et bien d’autres… Pendant que les politiques se renvoient la patate chaude de la politique industrielle depuis des décennies, la désindustrialisation continue et même s’accélère. La crise a entraîné la destruction de près de 200 000 emplois en 2009. Et, selon un document de travail de la direction générale du Trésor, dévoilé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La bataille de l’information

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents