« Il faut faire cotiser les profits »

Pierre Khalfa, membre de la Fondation Copernic et d’Attac, détaille les alternatives possibles au projet gouvernemental. En jeu : le partage de la richesse.

Politis: Dans un livre à paraître 1, vous faites du débat autour de la question des retraites un enjeu de société. Quels en sont les termes ? Pierre Khalfa: Le premier enjeu est celui de la solidarité intergénérationnelle. La retraite par répartition met en place une chaîne ininterrompue entre les générations. La génération qui part à la retraite a enrichi la société par son travail. Elle est prise en charge par la génération suivante, qui, elle-même, a la garantie que le moment venu sa retraite sera…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents