« Independencia », de Raya Martin : L’innocence réinventée

S’inspirant du cinéma
noir et blanc des origines, le Philippin
Raya Martin signe,
avec « Independencia »,
une œuvre très singulière.

Christophe Kantcheff  • 22 avril 2010 abonné·es

Jeune cinéaste, déjà célébré dans les grands festivals (Cannes), le Philippin Raya Martin n’hésite pas à se poser en porte-parole de son peuple, qui a connu le joug de deux colonisations successives. Son premier long métrage de fiction, A Short Film About The Indio National (2006), racontait les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes