Dossier : Rencontre avec Akhenaton

La résilience et l’hédonisme

Face à l’impuissance des États à enrayer la crise, la ville redevient le lieu de l’invention d’un avenir meilleur, comme en témoignent plusieurs initiatives internationales.

Dans certaines villes états-uniennes sinistrées par la crise, des familles attaquent le bitume pour y planter des légumes, disputant l’espace urbain aux places de stationnement. À Petaluma, au nord de San Francisco, des résidents ont eux aussi ouvert un front potager urbain. En 2008, six familles ont planté 50 arbres fruitiers et des centaines de plantes comestibles, installé des ruches et des poulaillers. Une tonne et demi de nourriture produite, dont elles ont organisé la distribution dans la ville, et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.