Les amis du charbon font grise mine

Dans la Nièvre, syndicats, socialistes et communistes ont soutenu plus de trois ans un projet très polluant d’exploitation de charbon. Il a finalement été abandonné mais les opposants restent vigilants.

Pierre Thiesset  • 1 avril 2010 abonné·es
Les amis du charbon font grise mine
© PHOTO : FLORIN/AFP

Développement industriel, emplois : l’ouverture d’une mine de charbon serait « une chance pour l’avenir de la Nièvre » . C’est ce que clament en chœur depuis des mois les forces vives de la région. Las ! En marge du sommet de Copenhague, Jean-Louis Borloo a finalement annulé le projet. Parce que « la France vise l’exemplarité en matière de respect de l’environnement [^2] ».

Découvert dans les années 1980, le gisement s’étend sur trois communes rurales : Lucenay-lès-Aix, Cossaye et Toury-Lurcy. Avec 250 millions de tonnes, cette réserve serait la plus importante en France [^3]. Jean-François Hénin, surnommé « le Mozart de la finance » , flaire le bon filon. Après avoir créé la Société d’exploitation des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 7 minutes