Toutes les peines du monde, et tous les sentiments

Dans « les Arrivants », Claudine Bories et Patrice Chagnard allient force dramaturgique et éthique du regard.

Christophe Kantcheff  • 8 avril 2010 abonné·es

Les premières images des Arrivants montrent une statue d’éléphant hindou transportée dans les rues de Paris. Décalage avec ce qui suit ? Non pas. Le rappel, d’emblée, que le spectateur entre dans un film, pas dans la réalité. Or, c’est parce qu’il a de puissantes qualités cinématographiques, combinées à la force de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Droit d'asile en péril
Temps de lecture : 3 minutes