Trois bonnes raisons de se réjouir

Il y a parfois de bonnes nouvelles, et ceux qui en sont le sujet méritent bien qu’on applaudisse à une victoire souvent obtenue au terme d’une longue guérilla judiciaire. En voici trois. La première, c’est la sortie en semi-liberté de Georges Cipriani dans quelques jours. Condamné à perpète en 1987, ce militant d’Action directe (AD) est libérable depuis 2005. Usé par vingt-trois ans d’enfermement, de brimades et de sale bouffe, sans parler du « traitement spécial » réservé à ceux qui écopent de l’étiquette…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents