Big Brother Awards : après le contrôle, remise des notes !

Avec dix prix et un double palmarès, les Big Brother Awards, qui « récompensent » les apôtres de la surveillance, fêtent leurs dix ans. L’occasion de vérifier qu’ils n’ont rien perdu de leur humour et de leur pugnacité.

La remise annuelle des Big Brother Awards (BBA) est devenue une quasi-institution. Tout a commencé en 2000. Le concept de ces Oscars de la surveillance, lancé par l’ONG anglaise Privacy, est repris par une poignée de militants français à l’initiative du journaliste Jérôme Thorel. L’idée est simple : quatre « Orwell » pour les méchants – État/Élus, Localité, Entreprise, Novlangue (introduit en 2004 pour remplacer Technologie) –, un cinquième prix pour les empêcheurs de surveiller en rond, baptisé Voltaire,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.