L’Espagne dans le collimateur de la crise

Longtemps montrée en exemple, l’Espagne est aujourd’hui l’un des maillons faibles de l’Europe. Le Fonds de stabilisation créé par l’UE rassure les marchés, pas les peuples. Des solutions justes pourraient éviter un plan d’austérité généralisé à toute l’Europe.

Jean Sébastien Mora  • 13 mai 2010 abonné·es
L’Espagne dans le collimateur de la crise

Dans le royaume ibérique, le « pointage mensuel » est indispensable pour obtenir les allocations chômage. À Madrid, dans certains quartiers comme Vallecas, devant l’Inem (l’agence pour l’emploi), le temps d’attente dépasse souvent les deux heures. La file de demandeurs d’emploi s’allonge dans la rue, réveillant les représentations des récessions économiques passées. L’Espagne semblait plus à l’abri que son voisin portugais de la contamination de la crise grecque. Mais l’explosion de son chômage, dont le taux a dépassé la barre symbolique des 20 % fin avril, la menace d’un dérapage vertigineux. Une évolution d’autant plus brutale que le taux en question avait atteint

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes