L’offensive DSK

Il voulait se faire désirer. Mais le succès du PS aux régionales a contrarié le patron du FMI, qui doit désormais s’imposer dans l’opinion pour être candidat à l’Élysée.

Michel Soudais  • 27 mai 2010 abonné·es
L’offensive DSK
© PHOTO : DERUNGS/AFP

Dominique Strauss-Kahn « ne demande qu’une chose, qu’on [le] laisse travailler » . Cette petite phrase, lâchée en fin d’émission en réponse à une Arlette Chabot qui le pressait de dire s’il pensait à la présidentielle de 2012, n’a guère trompé que ceux qui veulent se laisser abuser. Pourquoi diable le directeur général du FMI accepterait-il de se produire dans une émission de politique (hexagonale) française s’il ne nourrissait pas l’espoir de concourir au prochain grand prix de l’Élysée ? Pourquoi aurait-il demandé que cet entretien de près d’une heure, enregistré à Washington, initialement programmé le 17 juin, soit avancé au 20 mai pour ne pas se trouver en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes