Le gouvernement au pied du mur

Les syndicats et associations soutenant les travailleurs sans papiers ont présenté un document établissant des conditions de régularisation. Mais les ministères concernés sont empêtrés dans leurs contradictions.

Une journée à peine après avoir été évacués par les forces de l’ordre, les 160 salariés sans papiers sont revenus, jeudi 3 juin, occuper les marches de l’opéra Bastille à Paris. Installés sur le parvis du bâtiment depuis le 27 mai, ces travailleurs en grève ont ainsi réaffirmé leur détermination à obtenir une réponse du gouvernement sur les critères de régularisation. Mais l’attitude de ce dernier est pour le moins ambiguë. L’évacuation musclée, qui s’est soldée par une quarantaine d’interpellations, a eu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.