Les vrais effets de la réforme

L’économiste Jean-Marie Harribey* analyse le projet gouvernemental de réforme des retraites, qui sera présenté le 13 juillet au conseil des ministres. Un décryptage implacable.

Thierry Brun  • 24 juin 2010 abonné·es

Présenté il y a une semaine par Éric Woerth, ministre du Travail, le projet de réforme du système de retraite n’en finit pas de dérouler de gros mensonges. En affirmant que cette réforme a été « construite avec deux exigences : être responsable et être juste », Éric Woerth a une étrange conception de la justice. Deux chiffres parlent d’eux-mêmes. Tout d’abord, le ministre estime à plus de 20 milliards d’euros par an (à partir de 2020) l’impact de son projet de loi imposant le report de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans, et le report à 67 ans (en 2020) de l’obtention d’une pension sans décote. 20 milliards d’euros prélevés sur les seules retraites des salariés, quand Éric Woerth promet de nouvelles recettes à hauteur de… 4,4 milliards d’euros par an (toujours à partir de 2020) venant d’infimes prélèvements sur le capital et les hauts revenus. Ainsi, le plan de sauvetage des retraites apparaît anecdotique pour les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 10 minutes