Régression sociale

On connaît le mot de Woody Allen : « La dictature, c’est ferme ta gueule, alors que la démocratie, c’est cause toujours ! » Il résume admirablement la façon dont le gouvernement a conduit cette affaire de « retraites ». Si l’on est très optimiste, on peut à la rigueur en voir le côté positif : nous sommes décidément en démocratie ! Du moins ce qu’on nomme ainsi dans nos régions. L’autre leçon de ce tortueux feuilleton est moins plaisante : l’opinion a été baladée pendant trois mois, et de débat, il n’y eut…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.