Toujours les paradis fiscaux

Le G20 de Toronto des 26 et 27 juin va plus débattre des modalités à retenir par les gouvernements pour faire payer aux populations les conséquences de crises dont elles ne sont pas responsables, que des moyens à mettre en place pour « désarmer la finance », comme on dit à Attac. Les informations qui percent indiquent qu’il n’y a pas d’accord concernant la taxe sur les banques, et encore moins pour une taxe sur les transactions financières. Pour les paradis fiscaux, on n’en parle même plus, depuis que le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.