Donner une voix aux exclus du pouvoir

Les communistes unitaires ont débattu de la manière de faire de la politique avec les classes populaires.
La solution : changer de système politique.

Blandine Le Cain  • 1 juillet 2010 abonné·es

Une affaire de peuple, la politique ? C’était en tout cas l’idée du colloque organisé le 26 juin par l’Association des communistes unitaires sur « les nouveaux territoires de l’égalité ». Pendant une journée, les militants présents ont échangé autour de sujets comme le travail, l’habitat et l’école, tous liés à la question de la discrimination sociale. Comment désenclaver les banlieues ? Comment expliquer le phénomène de « ghettoïsation » de certains territoires ? En ligne de mire, les politiques menées par le gouvernement actuel, mais surtout une façon d’envisager la politique qui a cours depuis plusieurs années. « On prend un effet pour une cause », souligne ainsi le député Patrick Braouezec, pour qui les violences en banlieue sont un symptôme et non une cause du mal-être de la société.
Au-delà du simple constat, la thématique finale de la journée s’attachait aux moyens de « faire de la politique avec les exclus du pouvoir » . Une réflexion qui demande d’abord de définir ce qu’est la politique. Pour Clémentine Autain, ­« mettre en mouvement dans la société des forces qui permettraient de transformer le réel » constitue le véritable enjeu du combat politique. Fédérer des individus habituellement exclus du débat public, c’est donc porter une parole qui « fonctionne comme un signal ».

L’ancienne adjointe au maire de Paris rappelle cependant que l’implication des exclus du pouvoir ne dépend pas simplement d’un changement de discours. Elle relève surtout d’un changement du système politique et partisan. La forme du parti est ainsi à remettre en question car « elle ne marche plus et ne permet pas cette appréciation politique des groupes populaires ». Repenser la vie politique et inventer de nouvelles formes de mobilisation : des démarches difficiles à mener, mais néanmoins nécessaires.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent
Politique 20 juillet 2024 abonné·es

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent

La gauche gagne la présidence de la commission des finances et celle des affaires culturelles et de l’éducation. Les Macronistes se taillent la part du lion grâce à l’appui quasi-systématique des députés du Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian
La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée
Direct 19 juillet 2024

La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée

L’élection du bureau de l’Assemblée nationale a viré à l’avantage de la gauche qui emporte la majorité de ces postes-clés pour l’organisation et la direction des débats. Le RN n’y a aucun élu, tout comme le MoDem. Récit de cette très longue journée qui ne s’est achevée qu’au petit matin.
Par Michel Soudais
À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez
Parlement 19 juillet 2024 abonné·es

À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez

Malgré sa lourde défaite aux législatives, le bloc présidentiel conserve le perchoir grâce à un deal avec la droite. La gauche, perdante de cette élection stratégique, dénonce un « vol » politique et cède du terrain pour Matignon.
Par Lucas Sarafian
« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner
Mobilisation 18 juillet 2024 abonné·es

« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner

Plusieurs dizaines de rassemblements, à l’initiative de la CGT Cheminots, se sont tenus ce jeudi partout dans l’Hexagone. À Paris, quelques milliers de personnes se sont déplacées pour demander la mise en place, au plus vite, d’un gouvernement du Nouveau Front populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc