Le capitalisme est-il sénile ?

Cette question que nous posons en titre est légitime quand on examine de près les « solutions » préconisées pour sortir de la crise. Le néolibéralisme, depuis trente ans, a privilégié la spéculation financière contre l’économie réelle. Les dégâts sont considérables pour l’outil et l’emploi industriels. Des millions d’emplois ont été détruits (pas délocalisés, détruits !), et l’appareil productif est aujourd’hui dans l’incapacité de répondre aux exigences de profitabilité du capital. Les plans d’austérité…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.