Le coup de l’ingérence

La façon dont le gouvernement a traité l’échec
de l’équipe de France est révélatrice de son cynisme.

Denis Sieffert  • 1 juillet 2010 abonné·es

Le mot est de Bernard Thibault et il résume tout : « Le président de la République a reçu l’un des vingt-trois grévistes de l’équipe de France. » Le 24 juin, alors que 800 000 manifestants défilaient dans les rues pour demander le retrait de la réforme des retraites, Nicolas Sarkozy n’a rien trouvé de plus urgent que de recevoir Thierry Henry, qu’une limousine élyséenne était venue chercher sur le tarmac du Bourget. Preuve qu’il n’y avait décidément pas une minute à perdre. Le Président en a profité pour faire une mauvaise manière à une ONG qui avait rendez-vous depuis plusieurs semaines. Le foot avant tout. La veille, Roselyne Bachelot avait tenu dans l’hémicycle un discours à la Finkielkraut stigmatisant les « petits caïds de banlieue » . Quelques jours auparavant, la ministre avait retrouvé les mots de Déroulède : la patrie, le maillot, l’honneur de la Nation. Les joueurs, s’était-elle vantée, en avaient pleuré. Joffre avant la bataille de la Marne. Au-delà du ridicule et de l’emphase, on voit bien l’embarras du gouvernement.

L’équipe de France devait permettre à la cote de popularité du Président de remonter. On se préparait à donner à voir une relation fusionnelle avec nos héros. C’est l’inverse qui s’est produit. D’où la tentation d’écraser les joueurs sous les reproches pour mieux s’en démarquer sur le mode « ces gens nous sont étrangers, ils n’ont rien à voir avec nous ». Et d’intervenir grossièrement dans les affaires de la fédération, pressant Jean-Pierre Escalettes, son président, de démissionner. Celui-ci a d’ailleurs obtempéré dès lundi. Finalement, le gouvernement aura traité cette Coupe du monde comme il traite les faits divers de banlieue : une stigmatisation, un limogeage, et des états généraux convoqués pour l’automne. Il s’en faut de peu que l’on ne nomme le futur entraîneur des Bleus en conseil des ministres, comme un vulgaire patron de radio ou de télé. Au point que le gouvernement a suscité la colère de la Fifa (Fédération internationale), qui a réaffirmé la nécessaire indépendance des structures fédérales.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Loi immigration : « Ces décrets fragilisent des personnes déjà en situation de vulnérabilité »
Entretien 18 juillet 2024 abonné·es

Loi immigration : « Ces décrets fragilisent des personnes déjà en situation de vulnérabilité »

Marie-Christine Vergiat, ex vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), critique sévèrement la publication de plusieurs décrets relatifs à la « loi Darmanin » votée en décembre, la veille de la démission du gouvernement.
Par Tristan Dereuddre
Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »
Reportage 17 juillet 2024 abonné·es

Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »

Au rassemblement organisé le 16 juillet à Paris, les personnes trans proches de Géraldine, 30 ans, tuée dans la nuit du 8 au 9 juillet, ont témoigné des violences et des propos transphobes qu’elles subissent au quotidien.
Par Hugo Boursier
Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc