Le coup de l’ingérence

La façon dont le gouvernement a traité l’échec
de l’équipe de France est révélatrice de son cynisme.

Denis Sieffert  • 1 juillet 2010 abonné·es

Le mot est de Bernard Thibault et il résume tout : « Le président de la République a reçu l’un des vingt-trois grévistes de l’équipe de France. » Le 24 juin, alors que

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 2 minutes