Les Droits de l’homme victimes de la crise

Plus de deux siècles après leur affirmation, les Droits de l’homme peinent à progresser. Les attaques à leur encontre se multiplient même depuis une dizaine d’années, comme l’a montré un colloque récent.

«Je serai le président des Droits de l’homme » , avait déclaré Nicolas Sarkozy en 2007, lors de la campagne pour l’élection présidentielle. Trois ans et plusieurs visites emblématiques de dirigeants étrangers plus tard, l’illusion est définitivement effacée. Ses rencontres avec Mouammar Kadhafi, président libyen, Bachar El-Assad, président syrien, ou, plus récemment, Hu Jintao, dirigeant chinois, ont mis en évidence le peu de poids accordé aux Droits de l’homme par rapport à la perspective de contrats…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Geoffrey Hannot, le fidèle à la cause

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.