Dossier : Didier Porte : «Un pouvoir qui s'en prend à ses bouffons est un pouvoir aux abois»

Libre-échange sans limite

Alors qu’une majorité de citoyens souhaitent une Europe sociale, fondée sur des principes de solidarité, c’est un système reposant sur la concurrence qui leur est imposé.

L’élargissement sans critères de convergence sociale ou fiscale était déjà une aberration. Que dire de la création d’un « grand marché transatlantique » ? « La désagrégation de l’Union européenne dans une grande zone de libre-échange irait à l’opposé du souhait d’une majorité d’Européens d’une Europe sociale, basée sur des principes de solidarité » , estimait-on en mai 2006 ( Politis n° 903). « Ce souhait, exprimé notamment par les “non” au traité constitutionnel européen (TCE) en mai 2005, a peu de chance…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.