Pourquoi la critique ?

Dans « Je t’aime…
Moi non plus », Maria de Medeiros s’est intéressée
aux rapports de la critique avec les cinéastes.

Quelle mouche a piqué Maria de Medeiros pour qu’elle ­consacre un film à la critique ? La critique (ici de cinéma) est suffisamment méprisée, et en voie d’extinction, pour que Je t’aime… Moi non plus soit salué d’emblée. Maria de Medeiros, comédienne et réalisatrice, s’est intéressée aux relations entre cinéastes et critiques, réputées ambiguës ou carrément mauvaises. C’est ainsi qu’elle a interviewé des cinéastes d’un côté (Pedro Almodovar, Manoel de Oliveira, Wim Wenders, David Cronenberg, Atom Egoyan,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.