Tambours combattants

Fin mai, en Guadeloupe, plusieurs créations artistiques ont commémoré l’abolition de l’esclavage. Reportage.

L’ombre s’est emparée du fort Delgrès, à Basse-Terre. Au sommet de la muraille, un pinceau lumineux découpe la silhouette de Marie-Line Dahomay. Sa voix chaude, intense, grave entonne « San rètou » (Sans retour), une chanson qui évoque la déportation des esclaves africains. En ce 26 mai, c’est une double commémoration qui débute : celle de l’abolition de l’esclavage, le 27 mai 1848, et celle du sacrifice de Louis Delgrès, qui se fit sauter plutôt que d’accepter le rétablissement de l’esclavage par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.