Rentrée 2010 : L’inégalité au programme

La rentrée scolaire s’annonce sous le signe de l’inquiétude et de la mobilisation. Face aux réformes de programmes et aux réductions d’effectifs, des mouvements de grève sont annoncés. Ce qui est en jeu, pour enseignants et parents, c’est l’accès de tous aux mêmes savoirs et aux mêmes chances.

Ingrid Merckx  • 26 août 2010
Partager :
Rentrée 2010 :  L’inégalité au programme
© PHOTO : POUJOÛLAT/AFP

Les 6 et 7 septembre. Ce ne sont pas les dates de la rentrée scolaire mais des mobilisations. « La gravité des attaques contre le second degré […] et la volonté de continuer à construire un rapport de force contre la politique économique et sociale du gouvernement conduisent le Snes à appeler les personnels du second degré à la grève… » , annonçait ce syndicat le 5 juillet. « Cette rentrée sera l’occasion de faire le bilan des réformes Chatel, prévient Jean-Jacques Hazan, président de la Fédération des conseils de parents d’élèves. Le ministre n’a pas tenu ses engagements, notamment en matière de remplacements. » Seize mille suppressions de postes cette rentrée, après 13 500 en 2009, 11 200 en 2008, et 16 000 prévues en 2011. « Les classes vont être de plus en plus surchargées. Nous avons atteint les limites du possible » , alerte l’Union syndicale lycéenne. Le gouvernement poursuit sa stratégie de réduction des dépenses. Mais pour quel projet pédagogique ? 2010 marque un tournant.

L’heure est à l’élaboration de parcours de plus en plus individuels et « professionnalisés » dès le lycée, dont la réforme entre en vigueur en septembre. Mais qui dit choix précoce dit tri précoce pour ceux qui ne suivent pas. Absentéisme, allocations familiales, masterisation, évaluation… La rentrée est déjà saturée de « dossiers chauds ». Le plus problématique étant la progression des inégalités. « La France est un des pays où les destins scolaires sont le plus fortement corrélés aux origines sociales », rappelait Didier Migaud, président PS de la commission des finances de l’Assemblée, en présentant le 12 mai un rapport de la Cour des comptes. Un texte qui a fait du bruit, notamment parce qu’il juge le système inefficace contre les inégalités et qu’il recommande d’accroître les moyens alloués à l’école primaire et aux ZEP, ce qui n’est pas franchement au programme du ministère. Là où la Cour des comptes et les syndicats enseignants divergent, c’est à propos de l’école unique et de la nécessité d’une culture commune : individualiser les savoirs, position également défendue à gauche, revient-il à adapter l’école aux besoins de l’élève ou à accentuer les inégalités ? 2010, an 1 du « nouveau lycée », relance le débat.

Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don