Un coup de trop

L'éloignement n’est pas toujours une garantie d’oubli. Même quand on le souhaiterait. Le sarkozysme est un peu comme la poisse. Il colle à la peau. Il s’exhibe jusque sur les bancs-titres d’Al Jazira ou de CNN, en anglais et dans toutes les langues du monde : « France : la nationalité retirée aux délinquants d’origine étrangère… France : soixante mille caméras… France : les campements roms démantelés… » Les mots défilent en boucle en bas des écrans des grands networks internationaux. Où que l’on soit, où…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.