Brasilia-Chandigarh

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Stéphane Herbert a grandi dans l’unité d’habitation Le Corbusier, à Firminy, près de Saint-Étienne. Depuis une vingtaine d’années, le photographe voyage entre deux continents, l’Asie et l’Amérique du Sud. Et s’est focalisé sur deux capitales de la modernité : Brasilia, au Brésil, et Chandigarh, en Inde. Aujourd’hui, il expose un vis-à-vis d’images soulignant la singularité de l’architecture de ces deux villes planifiées dans deux pays aux cultures différentes, livrant deux pôles qui relèvent du patrimoine universel. Entre monumentalité et contemporanéité, un exercice calé dans la rigueur des cadrages et une négociation avec la lumière, plaçant en même temps l’homme dans sa relation avec la cité.
_ Brasilia-Chandigarh, Stéphane Herbert, église Saint-Pierre, 42700 Firminy, jusqu’au 2 janvier.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.