Pour des salles de consommation de drogues

Politis  • 30 septembre 2010
Partager :

Des moyens dépassés, inefficaces ou absents : face à la consommation de drogues, un certain nombre d’élus et de services médico-sociaux estiment que les situations humaines sanitaires et sociales et d’ordre public ne sont pas prises en charge. D’où l’intérêt des « salles de consommation à moindre risque » qui font leurs preuves à l’étranger, notamment à Genève (Suisse) et à Bilbao (Espagne). Après un an de séminaire organisé par l’association Élus, santé publique et territoires sur cet outil supplémentaire d’une politique de réduction des risques, des élus de tous bords, dont Bertrand Delanoë à Paris, se sont déclarés,
le 24 septembre, favorables à l’ouverture de tels centres, à titre expérimental et en concertation avec les autorités. Cela, pour améliorer l’accompagnement des usagers de drogues les plus précaires, et sachant que la sécurité publique est renforcée par les centres existants.

Société
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don