Le regard de l’autre

Iranien vivant en France, Mehran Tamadon a passé trois ans avec d’ardents défenseurs de la République d’Iran pour filmer « Bassidji ».

Ingrid Merckx  • 21 octobre 2010 abonné·es

«Je n’ai pas de compte à rendre aux Occidentaux ! » , certifie le documentariste. « On verra quand ils t’auront acheté » , réplique l’un de ses interlocuteurs. D’où un léger malaise chez le spectateur occidental qui paie pour voir ce documentaire

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes