Tchernobyl : le monstre est encore vivant

Il y a près de vingt-cinq ans, un réacteur de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, explosait. Plusieurs milliers de personnes vivent et travaillent encore dans la zone contaminée. Pendant ce temps, le projet français de confinement prend un retard dramatique.

Claude-Marie Vadrot  • 7 octobre 2010 abonné·es
Tchernobyl : le monstre est encore vivant
© Photo : C.-M. Vadrot

Après avoir longé le sarcophage, qui fuit depuis une bonne vingtaine d’années, et contourné la centrale nucléaire de Tchernobyl, nous arrivons, par une mauvaise petite route de quelques centaines de mètres, aux bâtiments bleus et blancs de Novarka, la société créée par Vinci et Bouygues pour construire la nouvelle enceinte de confinement supposée empêcher les fuites radioactives et permettre de démanteler le cœur du réacteur accidenté.

À une centaine de mètres, un dépôt de carcasses de véhicules et d’engins de travaux public en cours de démantèlement : soit inutilisables, soit pollués, les deux le plus souvent. À l’entrée du « camp

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
L'histoire d'une incroyable machination
Temps de lecture : 7 minutes