Comment fabriquer - encore - du chômage

En freinant la politique des emplois aidés, l’État plonge le secteur associatif dans l’embarras. Tandis que des postes disparaissent, le volontariat et le financement privé risquent de s’imposer comme de nouvelles normes.

« C’est une vraie catastrophe à plusieurs niveaux ! » Nicolas Eglin, directeur de l’association lyonnaise Une Souris verte, qui informe et accompagne les parents d’enfants handicapés, ne cache pas son désarroi devant l’austérité qui menace la politique des emplois aidés. Son sentiment est unanimement partagé dans le secteur associatif, déjà échaudé par trop de coupes dans les subventions. Une vague d’inquiétude a été déclenchée le 14 oc­tobre par une directive des préfectures demandant aux agences de Pôle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents