Comment les industriels exploitent le doute

Aux États-Unis, des groupes de pression organisent de pseudo-débats sur le changement climatique ou les propriétés cancérigènes du tabac pour semer la confusion dans la population.

Noëlle Guillon  • 18 novembre 2010 abonné·es

« Les électeurs ne pensent pas qu’il y ait un consensus sur le changement climatique dans la communauté scientifique. Si le public en venait à penser que les faits scientifiques sont établis, leurs opinions sur le changement climatique en seraient bouleversées. » La phrase est tirée d’un rapport rédigé par un artiste de la communication politique, Frank Luntz. Remis en 2002 à George W. Bush, ce rapport montre bien l’intérêt de manipuler les électeurs pour éviter toute remise en cause des modes de pensée et donc des comportements.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes