« La Cimade a besoin de tous les citoyens »

Pierre Grenier* revient sur les 70 ans de l’association et l’orientation de son engagement.

Ingrid Merckx  • 11 novembre 2010 abonné·es

Politis : La Cimade fête ses 70 ans. Que retenez-vous de cet anniversaire ?

Pierre Grenier : On a encore beaucoup à faire en termes de réflexion sur notre histoire : interventions dans les camps, accueil des réfugiés dans les années 1970, combat avec les travailleurs migrants… L’actualité récente l’a montré, nous devons nous inspirer de ce passé. Cela dit, de plus en plus de gens non investis dans des partis, des syndicats ou des associations ne se reconnaissent pas dans le fait qu’on enferme des gens au seul motif qu’ils ne possèdent pas le bon papier… Ce dont témoignent RESF mais aussi des groupes plus locaux : des habitants autour d’un centre de rétention, par exemple. L’engagement des syndicats auprès des travailleurs sans papiers est un mouvement notable mais plus francilien.

Comment évolue l’engagement de la Cimade ?

L’outil juridique est tellement restrictif qu’il ne suffit plus. Comment aller au-delà ? Il faut continuer à aider les personnes dans leurs démarches, mais aussi sensibiliser plus largement. Quand je suis arrivé à la Cimade il y a dix ans, il n’y avait pas d’enfants en rétention, et on ne séparait pas les familles. Près de 300 enfants ont été enfermés en CRA en 2009, et on voit régulièrement expulser un père ou une mère dont les enfants sont en France… La Cimade ne peut lutter seule. Elle a besoin de tous les citoyens et des étrangers eux-mêmes.

Dans quel sens orienter l’action ?

Pendant la campagne présidentielle de 2007, nous avions rédigé 75 propositions. 2008 a été marquée par la mise sur le marché de la mission que remplissait la Cimade dans les centres de rétention depuis vingt ans. Événement qui s’est soldé malgré tout par une victoire, l’aide à l’exercice effectif des droits des retenus étant finalement maintenue, contre la volonté du gouvernement d’en faire une simple mission d’information. Cinq des associations présentes aujourd’hui dans les centres de rétention ont pris des positions communes contre la loi Besson le 3 septembre. L’action se poursuit tous les jours, dans toutes les villes, devant toutes les préfectures… Concernant la Cimade, le festival Migrant’scène est un moment important qui a des répercussions jusqu’en Afrique, notamment au Mali.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant
Violences sexistes et sexuelles : pour prolonger notre numéro spécial
Conseils 16 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : pour prolonger notre numéro spécial

Politis vous propose une sélection d’essais, de livres, de podcasts, de documentaires, etc. et une liste d’associations d’aide aux victimes, en complément de son numéro spécial, consacré à la parole des victimes de violences sexistes et sexuelles, à retrouver sur notre boutique et sur notre site.
Par Politis