Quand l’ordi enlumine le oud

Kamilya Jubran et Werner Hasler mettent en sons inouïs la poésie arabe.

Denis Constant-Martin  • 4 novembre 2010 abonné·es

« Dans le feu, je me suis tenu pour écrire ton histoire/Dans le ­cahier perdu de mes rêves/Dans le feu j’ai ouvert l’avenir en promesse, en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 1 minute