Échanger les savoirs

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Que faire ?

Vous n’avez pas les moyens de vous payer un cours privé de langue ou d’arts plastiques ? Pourtant, vous avez de prodigieuses connaissances en bricolage à partager… Il ne vous reste plus qu’à convaincre quelques bonnes âmes de créer un réseau d’échanges réciproques de savoirs (Rers) dans votre quartier ou votre village. Avec pour devise : chacun a des savoirs à transmettre, chacun est en situation d’apprendre, et il n’y a pas d’âge pour le faire… Un réseau national nommé Foresco (voir plus bas) vous viendra en aide.

Près de 500 associations formelles ou informelles ont ainsi adhéré à une charte nationale dont l’objet est de faciliter le développement des formations réciproques. Une formidable mine de savoirs est gratuitement mise à la disposition de citoyens qui ont pour point commun le goût d’apprendre ou de transmettre des compétences. Sans contraintes : vous n’êtes pas obligé d’offrir vos connaissances en matière de cuisine à la même personne qui vous a donné un cours de taï-chi-chuan ou de danse kabyle. De tels réseaux existent aussi en entreprise. Le Rers de la direction du courrier de La Poste existe depuis 2006 et rassemble 450 participants, qui ont formulé 1 800 offres et demandes, et réalisé 350 échanges.

Pourquoi ?

Le premier de ces réseaux a vu le jour en banlieue parisienne, dans les cités d’Orly, en 1971, pour faire face aux souffrances sociales et au manque de reconnaissance individuelle et collective. La fondatrice, Claire Héber-Suffrin, est institutrice ; elle a d’abord développé cette notion d’échange de connaissances dans son établissement scolaire entre les enfants, puis les parents, les enseignants et les employés de la mairie d’Orly. Très vite, les Rers ont eu pour but la transmission et l’acquisition des savoirs dans une démarche réciproque. Ainsi, les demandeurs ont été progressivement invités à dispenser à leur tour un ou plusieurs de leurs savoirs. De tels réseaux permettent de valoriser socialement des personnes qui pensent parfois n’être bonnes à rien et qui, en s’apercevant qu’elles peuvent aider les autres, retrouvent une dignité. Cela leur permet aussi de prendre plus d’assurance et, le cas échéant, de (re)trouver du travail.

Comment ?

• Contacter le mouvement Foresco (Formations réciproques, échanges de savoirs, créations collectives), ex-Mouvement des réseaux d’échanges réciproques de savoirs (Rers), dont le siège national est situé 10, rue Thibaud-de-Champagne, 91090 Lisses.

•  Le Foresco dispose d’un centre de ressources et de formation, 3 bis, cours Blaise-Pascal, 91000 Évry, et d’un coordinateur salarié, Pascal Chatagnon, tél. : 01 60 78 68 55. Consulter le site www.rers-evry.fr

• Lire aussi le livre tonique de Claire et Marc Héber-Suffrin, Savoirs et Réseaux. Se relier, apprendre, essayer, éditions Ovadia, 2009.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.