La chasse aux mécènes est ouverte

Via leurs fondations, de plus en plus d’universités collectent des fonds auprès des entreprises pour compenser le désengagement de l’État. De quoi relativiser leur supposée « autonomie ».

Tandis que le Medef passe par la grande porte, les entreprises entrent par les fenêtres. Trois ans après le vote de la loi LRU incitant les universités à créer leurs propres fondations – pour compenser le désengagement de l’État –, elles sont aujourd’hui 32 facs à faire la chasse aux entreprises mécènes. Certaines fondations ont pour mission de collecter des financements alloués à des projets précis. Comme celle de Montpellier-III, dédiée à la recherche en égyptologie. Mais la plupart des universités…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents