Les marchands à l’assaut des forêts

Au nom de la lutte contre la déforestation, on voit s’imposer des solutions locales purement économiques aux effets pervers pour les forêts et les populations.

Patrick Piro  • 16 décembre 2010 abonné·es

C’est l’une des timides satisfactions de Cancún : un accord a été ébauché in extremis sur la déforestation. Responsable de 12 à 18 % des émissions de CO2, elle touche pour l’essentiel les pays tropicaux, qui ne sont pas soumis à l’obligation de réduire leurs émissions. Au sommet climat de Bali, en 2007, avait été décidé de lancer un mécanisme de rémunération pour les inciter à limiter la déforestation. Cancún vient de l’accoucher. Appelé Redd (pour « réduction des émissions de la déforestation et de la dégradation »), il

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes