Pour que vivent les coucous

L’expulsion de la Coordination des intermittents et des précaires (CIP) de leurs locaux du quai de Charente est imminente. Les gens bien informés disent qu’elle aura lieu avant le 24 décembre. Manière pour le préfet et la Mairie de Paris de souhaiter un joyeux Noël à ces empêcheurs de précariser en rond. Pas de trêve hivernale pour eux, puisqu’ils n’habitent pas. « On approche des élections , explique posément Jean-Francis, membre de la CIP, et ils ne supportent pas les discours de contestation et les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.