À contre-courant / La folle époque qui est la nôtre

Cent ans après la Belle Époque, c’est la « Folle Époque ». Le capitalisme a engendré une crise globale qui atteint tous les aspects de la vie en société. Ayant poussé sa logique de profit jusqu’à l’extrême, il engendre des idées aussi absurdes que lui-même. Malheureusement, face à lui, c’est l’impasse stratégique. D’un côté, l’idéologie verse dans l’ubuesque et le cynisme. Copé, Novelli, Sarkozy, Parisot et Valls veulent se débarrasser de la notion de durée légale du travail, étant entendu que les 35…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents