Chirac et Alzheimer : circulez …

… y’a rien à voir !

Bernard Langlois  • 31 janvier 2011
Partager :

Si on comprend bien : on ne doit pas parler des ennuis de santé d’un président de la République en exercice. Il est protégé de la légitime curiosité publique (comme de la Justice) par sa fonction et nous devons nous satisfaire d’un communiqué annuel signé par son médecin (après relecture de la cellule de com’) qui ne nous cache rien de ses panaris ou de ses rhumes de cerveau, en nous celant tout de ses cancers.

Et : on ne doit pas parler des ennuis de santé d’un président de la République à la retraite (et donc justiciable comme tout un chacun), mais toujours à l’abri de la curiosité publique, car chaque personne privée a droit au secret de sa vie du même métal.

Illustration - Chirac et Alzheimer : circulez …

Même si Jacques Chirac est une personne privée d’un genre un peu spécial, qu’on voit régulièrement à la télé inaugurer des chrysanthèmes et qui devrait bientôt faire une apparition (sans doute guère plus) dans une salle de tribunal où l’on s’interrogera (respectueusement) sur ses éventuels détournements de fonds publics. On ne doit pas parler de sa santé.

C’est mal. C’est un péché.

Pourtant, à bientôt quatre fois vingt ans, le fougueux Corrézien (pour la légende) de Paris (pour la réalité), a bien le droit d’être « vieilli, usé, fatigué » , comme a eu le tort de le dire trop tôt tel de ses concurrents qui s’en est mordu les doigts …

Mais malade, ça non !

Et encore moins de la maladie d’Alzheimer, comme le prétendent quelques farfelus.

Et pourquoi donc ? Serait-ce une maladie honteuse ? Mais il n’y a plus de maladies honteuses depuis lurette, même celles qui vous attaquent sous la ceinture ; et même dans les nécrologies des journaux, on abrite de moins en moins l’origine de la mort par cancer sous la périphrase (longue et douloureuse …) naguère encore en vigueur !

Mais voilà, Alzheimer, c’est tabou. Compris, toubib ?

Du reste, à mon très humble avis, à la façon dont marche notre Jacquot en traînant de la pantoufle (à ce qu’on dit dans les gazettes), il souffrirait plutôt d’un commencement de Parkinson, non ?

Mais je ne vous ai rien dit.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don