«I Wish I Knew», de Jia Zhang-ke : les blessures de Shanghai

Avec « I Wish I Knew », Jia Zhang-ke révèle à travers de nombreux témoignages une histoire occultée de la Chine du XXe siècle. Entretien.

Christophe Kantcheff  • 20 janvier 2011 abonné·es
«I Wish I Knew», de Jia Zhang-ke : les blessures de Shanghai
© Traduction : Pascale Wei-Guinot. Photo : DR

Depuis son premier film, Xiao Wu, artisan pick­pocket (1997), jusqu’à Still Life (2006), qui remporta le Lion d’or à Venise, Jia Zhang-ke semblait avant tout s’intéresser au présent, à une Chine certes en plein bouleversement économique, sociétal ou même géographique, mais dont l’épaisseur des temps passés restait hors champ. Après 24 City (2008), documentaire fictionné qui traitait des conditions de vie d’ouvriers d’une usine désormais fermée et du devenir de leurs enfants, I Wish I Knew (« J’aurais aimé savoir »), sous-titré Histoires de Shanghai , atteste non seulement du profond intérêt de Jia Zhang-ke pour l’histoire contemporaine de son pays, dont il a peu à peu découvert qu’il ignorait tout, mais

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 8 minutes