L’Association en grève

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La révolte gronde à l’Association. Les sept salariés de la célèbre maison d’édition de BD sont en grève depuis le 10 janvier. L’annonce de licenciements a mis le feu aux poudres : 3 ou 4 postes seraient supprimés dès février. L’inquiétude naît aussi d’une Association qui n’en a plus guère que le nom. « Nous ne souhaitons rien d’autre que la pérennité d’une structure qui nous est chère, expliquent les salariés, et qui ne devrait pas faire fi d’un dialogue avec ses salariés, ses auteurs, ses adhérents et ses membres d’honneur. » Beaucoup les soutiennent via un comité et une pétition qui, parmi plus de 500 signataires, compte David B., Killofer et Trondheim, trois des cofondateurs. La direction, elle, déplore que « ce qui relève de la gestion interne de l’Association ait été communiqué publiquement » . Un air connu.


Pétition sur http://9148.lapetition.be

Haut de page

Voir aussi

Articles récents