Tunisie : une révolte contre la misère et la corruption

La contestation sociale née à Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie, continue de prendre de l’ampleur. Une répression sanglante est la seule réponse du régime de Ben Ali. Des dizaines de morts, que déplore mollement la diplomatie française. Reportage.

Jean Sébastien Mora  • 13 janvier 2011 abonné·es
Tunisie : une révolte contre la misère et la corruption
© Photos : Fethi Belaid / AFP et STR / AFP

Jamais Zine El Abidine Ben Ali, ni même Habib Bourguiba, son prédécesseur, ne s’étaient trouvés confrontés à une telle protestation de masse. Dans son allocution télévisée du 28 décembre, le président tunisien a tenu à mettre en garde « une minorité d’extrémistes » , contre lesquels la loi serait appliquée avec rigueur. Depuis, le Président continue de nier l’ampleur du mouvement social, construit pourtant autour de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes