Un débat interdit

Toute prise d’otages pose à l’État qui est rançonné un problème moral. Au gré des circonstances, ou des rapports de force, on peut avoir parfois l’illusion d’en connaître la solution. Mais nul ne peut prétendre (à part peut-être Vladimir Poutine) que le problème n’existe pas. C’est pourtant ce que fait le gouvernement français depuis la mort, samedi, de deux jeunes gens enlevés au Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Pendant que nos ministres « assument », la fine fleur de nos éditorialistes, et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents