Un Président incroyable !

Que vaut encore la parole de Nicolas Sarkozy ? Qui peut encore apporter une once de crédit à ses engagements ? Que pèsent ses explications, ses promesses, ses excuses ? Il suffit de reprendre les passages les plus marquants de sa conférence de presse de lundi pour être gagné par un terrible sentiment d’incrédulité. Voyez la taxe sur les transactions financières. Remise au goût du jour en 1997 par Attac, elle avait, à l’époque, été reçue par la droite comme par la gauche dite gestionnaire par des cris…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents