Une avancée frileuse

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’article clé de la réforme controversée de la garde à vue (Politis n° 1131) est passé le 20 janvier à l’Assemblée : l’avocat pourra désormais assister à toutes les auditions pendant toute la durée d’une garde à vue contre trente minutes d’entretien auparavant. Une avancée, de même que la disparition de l’audition libre et de la culture des aveux arrachés en l’absence de l’avocat. Mais les dérogations sont nombreuses, et l’intervention de l’avocat sera très contrainte pendant les auditions. En outre, c’est le parquet qui garde la main sur la garde à vue et non un juge des libertés comme le réclamaient les bâtonniers.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents