Vive les trente-cinq heures !

Au nom de la compétitivité ou du pouvoir d’achat, l’UMP – confortée récemment par Manuel Valls – veut en finir avec la réduction du temps de travail. Une lourde erreur, car celle-ci a fait ses preuves.

Thierry Brun  • 13 janvier 2011 abonné·es
Vive les trente-cinq heures !
© Photo : Saget / AFP

Les 35 heures existeraient si peu qu’il serait nécessaire de les « déverrouiller » , selon la formule du député socialiste Manuel Valls. Celui-ci a oublié que les 35 heures n’étaient pas un gadget mais la durée légale hebdo­madaire de travail. Que l’attaque vienne de la « gauche » a ravi la droite. En charge du dossier des 35 heures à l’UMP, ­l’ultra­libéral Hervé Novelli a proposé de passer par des négociations de branche ou d’entreprise pour réduire à néant le seuil légal des 35 heures : « Il est clair qu’une fois que toutes les entreprises auraient négocié il n’y aurait plus de durée légale. La loi sur les 35 heures tomberait alors en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes