Algérie : les généraux tremblent

La manifestation du 12 février à Alger, appelée dans la liesse de la chute d’Hosni Moubarak en Égypte, s’est heurtée à un énorme dispositif policier. Mais le mouvement n’est pas terminé. Reportage de Meriem Laribi.

Meriem Laribi  • 17 février 2011 abonné·es

Ce 12 février, une ambiance électrique règne place du 1er-Mai à Alger, et les regards sont désorientés. Depuis 9 heures du matin, des centaines de manifestants affluent. Tout peut arriver, et tout le monde le sait. Il a fallu du courage pour venir jusqu’ici à l’appel de la Coordination nationale pour le changement et la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 3 minutes